Lettre ouverte aux bouquins que nous sommes tous.

 Cher(e) toi,

 

T’es une connerie de livre. Excuse-moi de cette entrée fracassante mais t’es une connerie de livre ouvert. N’importe qui peut y tourner les pages. S’arrêter et lire. Emmagasiner des informations sur toi. S’attarder sur des photographies ici ou là. Un livre ouvert dénué d’intéressement et de logique. La couverture n’est pas hideuse, le titre est pas terrible et les pages un peu jaunies. Mais on te lit quand même. Tu as tendance à captiver une minorité. C’est déjà ça, crois-moi.

  •  Le désespoir.

Tu laisses des indices ici et là dans l’espoir que quelqu’un les récupérera et les utilisera pour t’offrir mondes & merveilles. Tu sèmes. Tu te prends pour Petit Poucet. Ainsi tu parleras de ces fleurs que tu aimes tant. De ces chansons qui ont marqué ton adolescence. Des bribes de génériques télé qui font chavirer ton cœur et ta tête. Tu en parles beaucoup. Tu ressasses le passé. Tu déverses tout ça dans un monticule sans fin de mots, de lignes. Ça s’entasse, ça prend de la place. Petit Poucet semait des bouts de pain ou des cailloux, toi tu sèmes des mots, parfois tu oses semer le doute. C’est ton passe-temps favoris.

 

  • La folie.

Des fois il t’arrive d’utiliser de grands mots. Ignominie. Allégorie. Idiosyncrasie. Souveraineté. Et d’autres dont quelquefois tu oublies le sens. De temps en temps : des gros mots, mais pas aussi souvent que les gens peuvent le penser. Parce que des gros mots impliquent de grandes responsabilités. Et oui. Des fois tu déformes même des répliques de film, ça fait sourire quelques personnes, ça fait son p’tit effet. Ou pas.

 

  • La vérité vraie.

Des fois on découvrira que ton bouquin est écorné. Avec des pages manquantes ou salies. C’est parce qu’il y a eut ces personnages que tu auras croisé, aimé, détesté, comprit et autres simagrées d’humain. Ces personnages qui t’ont forcé à arracher des pages. Ces mêmes personnages étranges qui ont changé le sens de certains mots et l’impact qu’ils avaient sur toi. Des fois-même, ils les ont effacé de ta mémoire ou du moins ils auront tenté en laissant des ratures dégueulasses sur des lignes entières. Ces gens-là ont eut beau faire partis d’un chapitre que tu auras gommé, ils restent là, gravés à jamais. Ils ont eut l’audace de poinçonner leurs noms en lettres dorées sur ta couverture. Juste sous ton nom. Là. Comme ça. En lettres qui brillent. La peine en lettres dorées. Quelle aubaine !

Chaque jour qui passe tu laisses aller tes doigts sur ces lettres dorées, tentant de les faire disparaître. Et saches, qu’elles finiront par disparaître. Mais. Tu ne seras jamais seul(e) sur cette couverture. De l’or sur les doigts tu en auras toujours. Les doigts sur des lettres infâmes, toujours. De nouveaux noms à oublier, toujours.

 

  • La peur.

Il reste cependant encore quelques personnes. Des mystères. Tu ne sais pas trop si ce sont des acteurs de ton histoire ou juste des lecteurs de passage. Ils sont là et tournent tes pages avec frénésie. Les scrutant. S’arrêtant sur chaque virgule, chaque point. Un soupir à chaque points de suspension. Il te semble parfois sentir leur souffle dans ta nuque et tu paniques. Des mystères.

Puis il y a ces gens là qui croiront bêtement te connaître car ils auront cru tout avoir lu à ton sujet. Tout comprendre. Tout prit. Tout emmagasiner. Être dans ta tête.

Ce que ces sages lecteurs ne savent pas, c’est que toi, toi, t’es un putain de livre ouvert. OUI. Mais un putain de livre ouvert où savoir lire entre les lignes reste nécessaire.

 

Au fond, tu remarqueras que tu n’es pas si inintéressant que ça.

Captivant.

Vous.

 

7 réflexions sur “Lettre ouverte aux bouquins que nous sommes tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s